• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
Image aléatoire
Galerie
Mini sondage
La question est simple, êtes-vous pour ou contre la possibilité de finir plus tôt ???












Résultats

 
Rss Harcélement Moral (Conditions de Travail)

QU’EST-CE QUI N’EST PAS DU HARCELEMENT ET QU’EST-CE QUI RELEVE D’UN VRAI HARCELEMENT MORAL ?



DEFINITION JURIDIQUE :
–Article L122-49 du Code du Travail et article 222-33-2 du Code Pénal
–« Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. »


<span class="notice">•QU’EST-CE QUI N’EST PAS DU HARCÈLEMENT MORAL AU SENS JURIDIQUE DU TERME ?

1. Le conflit :
Il peut être assimilable à de la violence au travail (et est donc en ce sens répréhensible), mais ne relève pas du harcèlement moral.
Le conflit entraîne en général des agissements clairs non ambigus concernant un facteur précis lié au travail, sans répétitivité ni volonté de nuire.

2. Un mode de management « pathologique » :
Il peut être aussi assimilé à de la violence au travail (et est donc également en ce sens répréhensible), mais ne relève pas du harcèlement moral.
Comportements autoritaires abusifs, agressifs à l’encontre de la plupart des salariés (tout le monde est logé la même enseigne) sans stratégie de nuisance volontaire ciblée.

3. Une fragilité psychologique initiale du salarié :
« Fragilité excessive » d’un salarié favorisant des difficultés d’adaptation à des conditions de travail stressantes ou conflictuelles.

4. Une stratégie de la part d’un salarié :
Stratégie d’un salarié visant à se retirer d’une entreprise ou à obtenir certains bénéfices…


Il faut noter que des conflits ou des modes de management pathologiques peuvent être le point de départ et dégénérer vers d’authentiques harcèlements moraux.
D’autre part, certains salariés « fragiles » psychologiquement peuvent faire plus souvent l’objet de harcèlement moral caractérisé soit de la part d’une personne en particulier, soit de la part de la collectivité en général (cas de figure du bouc émissaire ou du « vilain petit canard » qui focalise de manière plus ou moins consciente les griefs du collectif de travail)


•QU’EST-CE QUI RELEVE D’UN VRAI HARCELEMENT MORAL AU SENS JURIDIQUE DU TERME ?

•Il s’agit d’une stratégie consciente ou inconsciente de la part d’un ou plusieurs agresseurs

•Il y a une répétitivité des faits et des techniques utilisées

•Il y a une volonté de nuire consciente ou inconsciente visant à atteindre la victime dans ses droits, sa dignité, sa santé, son emploi

•Les faits peuvent prendre un caractère pervers et déviant (mais pas obligatoirement), la victime est souvent très démunie, ne pouvant pas réagir sur des attitudes ou des actes très ambigus sans conflit explicite
Les principales techniques de harcèlement :

•Ces techniques peuvent se rencontrer en dehors du harcèlement par exemple lors de conflits mais elles sont en général employées de façon isolée non répétitive.

•Techniques relationnelles : Tutoyer sans réciprocité, ne pas répondre, ignorer

•Techniques punitives : Lettres recommandées, avertissements et sanctions répétés…

•Techniques persécutives : Surveillance des faits et gestes, des communications, des temps de pause…

•Techniques d’isolement : Séparation du collectif de travail, ne pas convier à des réunions… [/b]


•DIFFERENTS TYPES DE HARCELEMENT MORAL

•Harcèlement pervers gratuit pour dominer en détruisant

•Harcèlement mis en œuvre pour pousser dehors

•Harcèlement stratégique: Mode de gestion pour mettre en concurrence les salariés

•LE HARCELEMENT PERVERS: La perversion est le mode de fonctionnement principal de certaines personnalités « perverse narcissique »Dominer, imposer son pouvoir et son emprise en rabaissant les autres; Détruire ceux qui résistent

•L’Emprise: Séduire, mettre sous influence, haine et violence cachée
Attirer initialement la sympathie, puis anesthésier le sens critique de l’autre avant de le « chosifier »

•La destruction violente de l’autre qui résiste, haine et violence au grand jour
Destruction sans pitié de l’autre qui reste paralysé, violence verbale mais extrême

<span style="text-decoration: underline;">•LES METHODES PERVERSES


•La communication perverse:toujours indirecte et sournoise, floue, insinuations vagues, déformation du langage, mensonges flous, sarcasme, langage paradoxal

•Anesthésier la victime:L’amener à douter d’elle-même sans lui donner la possibilité de se remettre en question, la rendre dépendante

•Disqualifier, discréditer, isoler la victime:insinuations, sarcasmes déguisés

•Diviser pour mieux régner

•Amener la victime à s’exposer, à se mettre en faute et retourner la faute contre elle


•CONSEQUENCES PATHOLOGIQUES

Comparables à celles rencontrées dans le stress en général
Mais souvent plus graves: suicides, stress post-traumatiques prolongés

<span style="text-decoration: underline;">•MOYENS DE PREVENTION

•Informer et persuader l’entreprise qu’elle ne doit ni laisser faire ni encourager les conduites de harcèlement. Responsabilité juridique ++ de l’employeur même si l’employeur n’est pas le harceleur

•L’employeur doit mettre en place des limites claires et sanctionner systématiquement les écarts

•TRAITEMENTS DES CONSEQUENCES PATHOLOGIQUES

Identiques aux traitements utilisés pour les conséquences du stress en général</span>

[color=red]Faire faire le sale boulot de destruction par d’autres:</span>Faire en sorte que la victime soit considérée comme l’agresseur

<span style="text-decoration: underline;">Techniques d’attaque du geste de travail :

Injonctions paradoxales (faire venir le salarié sans lui donner de travail,
Demander la réalisation d’une tâche puis dire qu’elle était inutile, faire recommencer plusieurs fois une tâche) ;
« Mise en scène de la disparition » (supprimer des tâches préalablement dévolues priver de bureau, de téléphone...) ;
« Rédition émotionnelle par hyperactivité » (donner des objectifs irréalistes, des tâches à effectuer au dernier moment...)

Le harcèlement moral est un délit pénal. La preuve de la réalité des faits qui pourraient constituer du harcèlement incombe à la victime. L’auteur des faits doit prouver qu’ils ont été réalisés pour des motifs ne relevant pas d’un harcèlement.</span>[/color]
 
 
Note: 4.75
(3 notes)
Ecrit par: bob, Le: 25/02/11